Jeu-vidéo au Bénin

Jeu-vidéo au Bénin, l’enjeu d’un média culturel

Les médias culturels ont toujours eu du mal à s’exporter hors des frontières de leurs pays d’origine. Des médias comme la musique, la mode ou la littérature ont eu un certain succès. Surtout qu’ils ont eu nettement plus de temps pour trouver leur ancrage, que les nouveaux médias. Quand on pense aux bandes dessinées, aux films ou aux jeux-vidéo africains, le retard est tel que ces médias ont même du mal à survivre dans leurs propres pays. On prétextera que nul ne peut être prophète en son propre pays, mais le jeu-vidéo au Bénin ne devrait tout de même pas se limiter à des titres de studios internationaux.

Jeu ZEMIDJAN par DASCO
Jeu ZEMIDJAN par DASCO

Où en sommes-nous pour le jeu-vidéo au Bénin ?

Les jeux-vidéo au Bénin ne sont pas un média nouveau. Pour la plupart, nous avons grandi au contact de contenus vidéo-ludiques de divers types. Quand il s’agit toutefois d’en faire un média culturel, la question est toute autre. Essentiellement, trois problèmes majeurs se posent :

  1. D’abord, la question des moyens : les développeurs ont longtemps été limités sur le plan technique et financier. Les jeux-vidéo béninois qu’on a pu croiser se sont longtemps limités à des applications mobiles plus ou moins abouties. Je pense notamment aux « Aventures du Roi Behanzin » ou encore au jeu Zemidjan par DASCO.
  2. Ensuite, la perception des joueurs : comment espérer conquérir des joueurs habitués à des jeux développés à coups de milliards de dollars, quand on travaille avec les moyens du bord ?
  3. Enfin, la question de l’authenticité : dans l’univers créatif, il est très simple de trouver des similitudes entre œuvres. Autant que les développeurs doivent résister à la tentation d’emprunter des concepts et des mécaniques de jeu à des titres plus connus ; les joueurs doivent faire l’effort de chercher les éléments originaux plutôt que les comparaisons.

Qu’on soit clairs : en tant que bien culturel, le jeu-vidéo au Bénin (et en Afrique par extension) est encore loin de son plein potentiel. Certes, il faut lui donner le bénéfice du doute et être clément dans le jugement qu’on porte. Mais on ne milite pas non plus pour une dictature de la médiocrité.

BENIN GAME JAM 2019. 
Hackaton de création de jeu-vidéo au Bénin
Création de jeu-vidéo au Bénin, Benin Game Jam 2019

L’écosystème du développement de jeux-vidéo au Bénin

Au nombre des grandes tendances de l’industrie du jeu-vidéo en Afrique au cours des dernières années, on peut citer la création de nouveaux centres de formation (écoles spécialisées et TechHubs) ; et l’accroissement des investissements sur le continent.

Plus spécifiquement, au Bénin des instituts de formation comme Epitech ou Africa Design School laissent penser que les futurs développeurs seront mieux équipés s’ils envisagent de se lancer dans le développement de jeux-vidéo typiquement béninois.

De même, les gouvernements de la sous-région (y compris le Bénin) se sont lancés dans des grandes réformes visant à encourager la « transformation digitale », « le développement des usages du numérique » ou encore « la promotion et le développement de contenus numériques ». Spécifiquement, le gouvernement du Bénin vise le « contenu local ». Ce qui avait déjà été mis en évidence lors du Benin Game Jam 2019 dans le cadre du précédent Digital African Tour à Cotonou.

On se pose forcément la question de savoir si un jeu, développé localement, mais qui n’est pas empreint de l’identité culturelle Béninoise pourrait bénéficier du bon accompagnement. Le label « Made In Benin » s’accompagne-t-il d’une pleine liberté créative ? Bref, une question pour un autre jour…

Le pire cas de figure

Ironiquement, l’absence des cultures africaines dans les jeux-vidéo n’est pas passée inaperçue. Dans SMITE, un jeu où des divinités venues de tous les horizons se livrent bataille, des divinités des panthéons africains ont déjà été invitées à prendre place. Il en va de même dans Civilization ou dans Age of Empires où les grands royaumes du continent sont également représentés.

Mais cette présence formelle est bien moins intéressante que des projets comme Africa Legends par LetiArts ou encore Aurion : L’Héritage des Kori’Odan par Kiro’o Games. Aurio est d’ailleurs le premier jeu de son genre à être disponible sur Steam. Un jeu développé au Caméroun avec des graphismes originaux, une bande son typiquement africaine, une intrigue bien ficelée et des mécaniques de jeu innovantes. Pourtant, trop peu de gamers africains en ont entendu parler et encore moins y ont joué.

Le pire scenario serait que des studios de développement mieux financés et plus expérimentés parviennent à s’imposer sur le marché local avant les développeurs africains. Au Bénin, ceci rendrait la tâche virtuellement impossible à des développeurs de jeux-vidéo qui ne parviennent pas encore à séduire les masses.

Une réflexion sur « Jeu-vidéo au Bénin, l’enjeu d’un média culturel »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *